Consultation de médecine

En construction

 

Les boiteries :

- les abcès de pied : Les abcès de pied représentent une des causes majeures de boiterie aiguë chez le cheval. Ils sont dus à une infection bactérienne à l’intérieur du sabot, très douloureux pour le cheval. L’abcès se situe en profondeur au sein du sabot et n’est donc pas visible de l’extérieur. Les abcès de pied provoquent des boiteries impressionnantes, mais s’ils sont bien soignés, le cheval se remet rapidement et sans séquelle. Cependant, ils ne sont pas à prendre à la légère car un traitement inadapté peut retarder la guérison voire engendrer de graves complications. Il existe 3 causes principales d’abcès de pied chez le cheval :

-Traumatique : Un choc sur la sole, avec un caillou ou un objet pointu (fils barbelés, clous …) peut engendrer une fissure de la sole et une contusion locale (bleime) et ainsi favoriser le développement de bactéries.

- Environnementale : Les abcès de pied chez le cheval sont particulièrement fréquents lors de périodes humides, notamment chez les chevaux vivant en paddock boueux. La corne humide en permanence devient plus perméable et les bactéries y rentrent plus facilement, notamment au niveau de ce qu’on appelle la ligne blanche.

-Suite à une mauvaise ferrure : Un clou broché un peu trop haut dans le pied, trop proche de la chair, crée une inflammation locale pouvant évoluer en abcès. Dans ce cas, la boiterie intervient généralement dans les jours qui suivent la ferrure.

- la fourbure : La fourbure est une maladie fréquemment rencontrée chez le cheval qui se caractérise par une inflammation et une congestion du pied à l'origine d'une boiterie intense et d’évolution rapide sur les antérieurs ou les quatre membres. Elle peut affecter les chevaux de tous niveaux et de toutes disciplines. Ses conséquences sont souvent très graves et peuvent compromettre l’avenir sportif et même parfois la vie du cheval. En effet, cette maladie est la deuxième cause de mortalité chez les chevaux. Plus le diagnostic est réalisé tôt plus les chances de guerison sont élevées. Les signes évocatuers de la maladie sont :

- chaleur et douleur des pieds
- piétinement
- réticence à se déplacer et à donner les pieds
- boiterie franche surtout pour tourner
- posture particulière (basculement du poids sur les postérieurs, on à l'impression que le cheval veut s'asseoir)
- cheval qui se couchge plus frequemment
- prostration
Plusieurs causes peuvent être à l'origine de la fourbure :
- l'alimentation trop riche très souvent associé à un surpoids
- un mauvais parage ou un travail inadapté
- une endotoxémie causée par une autre maladie ( infection de l'utérus suite à un poulinage, diarrhée toxinique,...)
- d'origine hormonale : le syndrome de Cushing

- la maladie de Cushing : La maladie de Cushing est une maladie de l’hypophyse à l’origine d’un taux élevé de cortisol dans le sang. La maladie de Cushing est une maladie neurodégérative ayant une prévalence comprise entre 15 à 40 % chez les équidés de plus de 15 ans. Le premier signe d’appel est très souvent la fourbure  (50 à 80 % des chevaux atteints de Cushing présentent  une fourbure). L’apathie et les troubles du comportement touchent aussi les équidés atteints de cette maladie. Sous traitement l’amélioration du comportement est d’ailleurs un des premiers constats. D’autres signes évocateurs de cette maladie sont : les infections récidivantes, les troubles de la mue (hypertrichose), un amaigrissement, un ventre pendulaire, une augmentation de la prise de boisson, une distribution anormale des masses graisseuses. Une simple prise de sang est suffisante pour réaliser un diagnostic définitif et mettre un traitement en place. Celui-ci permettra d’améliorer les conditions de vie de votre animal et d’augmenter de façon non négligeable son espérance de vie.